Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Un faux Nobel pour un saut de puce Version imprimable de cet article envoyer l'article par mail title=
20 novembre 2008 12h05

Le 24 octobre dernier, Marie-Christine Cadiergues, vétérinaire et enseignant-chercheur à l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse (ENVT) recevait le prix Ig-Nobel 2008 de Biologie pour avoir démontré que les puces du chien sautent plus haut que les puces du chat. Evidemment, cela prête à sourire. Et pour cause : l’Ig-Nobel (prononcer « ignoble »), parodie des vrais Nobels, récompense chaque année dix chercheurs pour leurs travaux « qui font rire puis réfléchir ». Car derrière ce sujet comique se cache une recherche réelle avec des applications concrètes. Cette affaire de saut de puces s’inscrit dans des travaux plus vastes que Marie-Christine Cadiergues avait menés lors de sa thèse et dont un des buts était de comprendre pourquoi les puces du chien (Ctenocephalides canis) ne se trouvaient pratiquement plus (il y en a 10% seulement, contre près de 90% de puces du chat Ctenocephalides felis felis). Une question restée sans réponse… « Les derniers travaux sur les puces avaient été réalisés dans les années 50. Nous voulions essayer d’apporter des informations sur la biologie des puces, afin d’utiliser ces données dans un programme de lutte », explique Marie-Christine Cadiergues.

Pertes de poil

Car les puces sont responsables de nombreuses maladies, qui, si elles ne sont plus mortelles (comme le fut la peste, véhiculée par la puce du rat), peuvent avoir des conséquences graves pour les animaux de compagnie : démangeaisons, allergies pouvant entraîner pertes de poil, épaississement de la peau, réactions inflammatoires, infections…mais aussi transmettre des maladies parasitaires comme les cestodes (vers plats). Dans le cadre des travaux de sa thèse, le docteur Cadiergues a également montré que les puces piquent leur hôte dès l’éclosion - environ 3 minutes après pour la puce du chien et seulement 23 secondes après pour la puce du chat… Une information primordiale notamment pour la mise au point d’antipuces. L’industrie pharmaceutique ne s’y trompe pas et signe régulièrement des conventions de recherches avec l’ENVT pour la mise au point de ses produits.

Vanessa Bordier

Contact : www.envt.fr


Pas de commentaires

modération a priori

Ce forum est modéré a(spip_fr) priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Qui êtes vous ?

publicité




Réalisation : Spip par Octavo