Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
« Pour le grand emprunt, Toulouse est candidate dans toutes les disciplines » Version imprimable de cet article envoyer l'article par mail title=
21 juin 2010 08h23

Gilbert Casamatta préside le PRES Université de Toulouse, qui répond aux appels à projet du grand emprunt. Crédit photo : Patrick Dumas

Gilbert Casamatta, président du PRES Université de Toulouse, détaille les ambitions de la métropole toulousaine : Institut de recherche technologique, laboratoires renforcés, grands équipements… A condition bien sûr d’être sélectionné pour recevoir les crédits du grand emprunt. Et la concurrence sera rude avec les autres régions.

Le PRES Université de Toulouse défend actuellement la candidature de la métropole toulousaine au grand emprunt national dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche. De quoi s’agit-il ?

C’est un concours national dont le thème est « investir pour l’avenir ». Il est issu du rapport des anciens premiers ministres Michel Rocard et Alain Juppé, qui conclut à la nécessité d’un investissement massif dans l’innovation, et qu’il faut pour cela soutenir fortement l’enseignement supérieur et la recherche.

Sur les 35 milliards d’euros annoncé, 21,9 milliards seront consacrés à ce secteur. Dont 15,35 milliards pour les « pôles d’excellence », qui seront des structures permettant par exemple de regrouper des équipes de recherche, ou de créer des instituts, et 6,55 milliards pour des « projets d’excellence » sur diverses thématiques - Santé et biotechnologie, aéronautique, nucléaire, etc.

Dans quelles disciplines la métropole toulousaine est-elle candidate ?

Toutes, puisque selon les évaluations effectuées par l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES), Toulouse a un large éventail de compétences, mais aussi une « épaisseur » dans chacune de ces compétences.

Ainsi, la thématique MST2I (Mathématiques et Sciences et Technologies de l’Information et de l’Ingénierie) rassemble près de 1600 chercheurs sur Toulouse. Cela ne signifie pas que tout le monde sera éligible, mais il y a beaucoup de laboratoires très bien notés, qui vont tirer l’ensemble vers le haut. C’est aussi le cas pour les autres thématiques (1). Par ailleurs la R&D privée est très développée.

Pouvez-vous donner quelques exemples concrets de projets soumis au grand emprunt ?

Il y a l’Institut de Recherche Technologique (IRT). Il est adossé au Pôle de Compétitivité mondial Aerospace Valley, et il est donc largement porté par les industriels, qui le financeront à hauteur de 600 millions d’euros, plus 400 millions venant du grand emprunt.

L’IRT comprend notamment deux plateformes dans le domaine des micro et nano-systèmes, déjà financées. Il prévoit des moyens accrus pour les laboratoires existants, et pour la formation des ingénieurs et docteurs.

Nous sommes aussi candidats sur d’autres appels à projets du grand Emprunt, notamment avec un projet d’Institut Hospitalo-Universitaire centré sur le vieillissement et la prévention des dépendances, qui implique le CHU de Toulouse et l’Université Paul-Sabatier ; ou encore avec l’Institut de la Ville, qui étudiera les modes de vie et l’habitat.

Et nous souhaitons créer une Société d’Accélération des Transferts de Technologie (SATT) qui va constituer l’épine dorsale de la valorisation des recherches développées.

Quels sont les projets de nouveaux laboratoires et de nouveaux équipements ?

Les projets sont nombreux, mais on peut citer par exemple, en économie, le laboratoire d’excellence TIASS (Toulouse Institute of Advanced Social Sciences). Il s’appuiera sur la réputation mondiale de la Toulouse School of Economics, et sera étendu à aux sciences sociales, à l’ergonomie, la psychologie et la sociologie des organisations.

L’avantage, si le projet était sélectionné, serait d’offrir davantage de chaires à des professeurs de premier plan qui trouveraient à Toulouse d’excellentes conditions de travail.

Quant aux moyens, on peut citer notamment la plateforme TWB (Toulouse White Biotechnologies) dédiée aux biotechnologies blanches, qui portera à la fois des équipements et des projets scientifiques.

Ou encore l’instrument de RMN (Résonance magnétique nucléaire) « Gigahertz », capable de faire des analyses très poussées, dont les sciences de la Vie et les sciences de la Matière ont besoin, et le renforcement de la plateforme Génotoul.

Parmi les idées les plus originales figure le Campus CEDAR. Quel est son objectif ?

CEDAR (Campus Dédié aux Energies Durables et aux Aménagements Responsables) est un projet très transversal de campus citoyen, économe et bien inséré dans l’urbanisme, qui va inclure dans un premier temps Rangueil et le Mirail.

Il viendra compléter le Plan Campus, qui vise à rénover les bâtiments universitaires, tout en permettant de monter des projets de recherche et de formation innovants sur le développement durable.

S’il est retenu, CEDAR sera une brique importante de l’« Initiative d’Excellence » à Toulouse, au même titre que celles sur la e-Santé, l’Ingénierie et l’aérospatial.

Où en est actuellement le processus de sélection ?

L’appel à projets pour les Equipements d’Excellence a été lancé le 18 Juin 2010, les autres le seront début juillet et jusqu’à l’automne 2010 pour les Initiatives d’Excellence.

Aujourd’hui, les projets sont plus ou moins matures, il est vrai que le délai a été très court depuis le lancement du grand emprunt fin décembre 2009. Il y aura donc encore de nombreux ajustements.

Dans les prochaines semaines, la gouvernance des structures de type « Initiative d’Excellence » et le rôle que le PRES jouera dans ces structures seront aussi déterminés.

Quant à savoir si nos projets sont retenus, nous serons fixés à la fin de cette année pour les premiers appels d’offre et en 2011 pour les initiatives d’excellence.

Propos recueillis par Jean-François Haït, pour KwantiK !

(1) Sciences du Vivant ; Sciences de la Matière ; Univers, Planète, Espace, Environnement ; Economie ; Patrimoine, Apprentissage, Création et Société.

Liens :

Le grand emprunt (site officiel)

Un point de vue critique sur le grand emprunt, par le collectif "Sauvons la recherche"


Pas de commentaires

modération a priori

Ce forum est modéré a(spip_fr) priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Qui êtes vous ?

publicité




Réalisation : Spip par Octavo