Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
FittingBox décroche le grand prix Inn’Ovation 2008 Version imprimable de cet article envoyer l'article par mail title=
20 novembre 2008 11h28

La jeune société basée à Labège, spécialisée dans l’essayage virtuel des lunettes, séduit les grandes marques d’optique tout en tissant son réseau scientifique.

Essayer des dizaines de paires de lunette sans avoir besoin d’aller chez l’opticien, en restant simplement derrière son écran d’ordinateur… C’est pour cette trouvaille que FittingBox a reçu le Grand prix 2008 lors des trophées Inn’Ovations de la Région Midi-Pyrénées, organisés par l’agence Midi-Pyrénées Innovation, le 5 novembre à Diagora-Labège. Une manière de saluer le succès remarquable d’une société née il y a deux ans à peine.

Si Benjamin Hakoun, 24 ans, diplômé d’HEC en 2006, et Ariel Choukroun, 28 ans, doctorant en informatique de l’Institut de recherches en informatique de Toulouse (IRIT) en 2007, n’avaient pas été tous les deux myopes, la société FittingBox n’aurait peut-être pas vu le jour. Partant du constat que les myopes ne peuvent pas voir clairement le résultat quand ils essaient une paire de lunettes, ils ont imaginé une solution selon un principe baptisé « réalité augmentée ». Au départ, il suffit d’une simple photo numérique d’un visage. « Nos programmes analysent l’image, détectent le visage, analysent son orientation et sa morphologie. On obtient alors un modèle 3D. Puis on greffe sur le visage la paire de lunette numérisée, explique Ariel Choukroun, co-fondateur et directeur scientifique de FittingBox. Mais nous avons aussi modélisé les ombres et les reflets sur le visage, pour un maximum de réalisme ». Derrière tout cela, il faut concevoir des algorithmes d’apprentissage sophistiqués, et effectuer un gros travail d’amélioration de ceux-ci.

Une stratégie commerciale et scientifique

C’est pourquoi FittingBox entretien toujours beaucoup de liens avec l’IRIT. Elle codirige même avec le laboratoire toulousain une thèse sur la « segmentation des images ». Il s’agit par exemple de trouver les cheveux ou la peau dans la photo d’un visage, et de les isoler afin de pouvoir les manipuler. Ainsi, pour un réalisme encore plus grand, on pourra faire passer des mèches de cheveux sur les branches des lunettes…

Avec de telles possibilités, la jeune société a déjà séduit les grandes marques d’optique grand public. A la photo numérique, elle a ajouté une autre application basée sur le même principe, mais avec une webcam. FittingBox vient de créer une une filiale, « Alessandro 1313 », du nom d’un des premiers marchands de lunettes italien au Moyen-âge, qui lancera en janvier 2009 le site de vente en ligne « Enjoy Sunglasses » où on pourra essayer la totalité des lunettes de soleil présentées.

En parallèle, la jeune société développe son réseau de laboratoires partenaires en France et en Europe . «  Notre but est de valoriser une recherche très fondamentale au travers de produits grand public », souligne Ariel Choukroun. L’équipe a ainsi acquis une très grande compétence en reconnaissance des visages et morphologie « 3D ». Au point que FittingBox envisage de candidater, en septembre prochain, sur l’appel d’offres d’un grand projet européen de modélisation du corps humain.

Cette double stratégie, commerciale et scientifique, se révèle gagnante. Deux ans à peine après sa création, Fitting Box emploie déjà 20 personnes.

Jean-François Haït

Contact : http://www.fittingbox.com


Pas de commentaires

modération a priori

Ce forum est modéré a(spip_fr) priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)


Qui êtes vous ?

publicité




Réalisation : Spip par Octavo